Elisabeth II au plus mal : le prince Charles se prépare à la succession au trône.

Elisabeth 2

L’état de santé d’Élisabeth II se dégrade de plus en plus et pourrait la conduire à ne pas reprendre ses engagements royaux. Va-t-elle confier son trône à son fils prochainement ? Elle seule le sait.

La reine Élisabeth II qui s’est remise de la COVID-19 récemment, âgée de 95 ans, a dû annuler sa présence à la célébration annuelle du Commonwealth le 14 mars dernier. 

Un état de santé fragile depuis la mort de son époux et sa contraction de la COVID-19

Depuis la mort de son époux et sa contraction de la COVID-19, l’état de santé de la reine se dégrade et elle doit régulièrement annuler des rendez-vous publics.


« La reine pourrait ne pas reprendre ses engagements royaux prochainement… Le palais va clairement regarder ce qui est prévu et s’engager à en faire le moins possible parce que le problème est évidemment lié à la mobilité », a expliqué Joey Little, directeur de la rédaction de Majesty magazine à l’Express UK. 

« La pandémie la ralentit à bien des égards… La reine Élisabeth II ne reprendra jamais le même rythme qu’avant la pandémie à cause de son âge et de sa fragilité », a-t-il ajouté. 

« La transition a été planifiée en coulisses depuis plusieurs années »

Depuis plusieurs mois, la reine délègue la plupart de ses engagements à son fils Charles, le premier dans l’ordre de succession au trône.« Les gens sont un peu plus concentrés sur la transition depuis l’automne dernier et la santé fragile de la reine », a déclaré Joey Little.  

« La transition a été planifiée en coulisses depuis plusieurs années…  Contrairement au roi Georges VI (le père de la reine Élisabeth II) qui est mort plus rapidement que prévu et sans beaucoup de préparation, cette transition est bien bien planifié et orchestré » précise-t-il.

La reine laissera-t-elle l’accès au trône à son fils avant sa mort après 70 ans de règne ?

« Le Palais va clairement regarder ce qui est prévu et s’engager à faire le moins possible parce que le problème est évidemment lié à la mobilité », explique le directeur de la rédaction.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.