Elizabeth II (5/7) : « l’alliée improbable » de Lady Di

De nombreuses rumeurs ont circulé sur les rapports entre la reine Elisabeth II et Lady Di. Quelles étaient véritablement leurs relations ? Pour ceux qui se souviennent, la reine appréciait la princesse et l’a même soutenue jusqu’à un certain moment…

Enfant, Diana vivait à Park House. Elle jouait avec le prince Andrew et le prince Edward, qui étaient plus proches d’elle en âge que le prince Charles. Elle connaissait parfaitement l’étiquette et savait comment se comporter avec les membres de la famille royale.

Diana avait rencontré la reine bien avant de commencer à courtiser le prince Charles. Selon la biographe royale Ingrid Seward, « la reine n’a jamais abordé directement la question de son mariage mais, par des clins d’œil et des nuances, a fait comprendre qu’elle approuvait Diana ».

Andrew Morton, auteur de la biographie Diana : Her True Story : In Her Own Words en 1992, a précisé que la relation entre les deux femmes était au début polie et formelle, « régie par le fait qu’elle était mariée à son fils aîné et à un futur monarque ».

Au début, Diana craignait sa belle-mère. Elle respectait les formalités, lui faisait une grande révérence quand elle la croisait et mais gardait ses distances.

La reine lui a fait confiance

Puis, petit à petit elles se sont ouvertes l’une à l’autre. La reine lui a même rapidement fait confiance pour représenter la famille royale.

Lorsque Grace Kelly est décédée en 1982, un peu plus d’un an après son mariage avec le prince Charles, Diana a assisté seule aux funérailles organisées à Monaco, représentant ainsi la famille royale.

Diana avait rencontré la princesse Grace lors d’un gala l’année précédente, et les deux femmes s’étaient très bien entendues.

Diana raconte alors : « Je suis allée voir la reine et je lui ai dit : « vous savez, j’aimerais faire ça (aller aux funérailles de la princesse Grace seule puisque le prince Charles et la reine ne pouvaient y aller », et elle m’a répondu : « je ne vois pas pourquoi vous ne le feriez pas. Si vous voulez le faire, vous pouvez le faire » ».

La reine a alors confié des voyages à l’étranger à Lady Di alors qu’elle n’avait que 21 ans.

Diana était soutenue par la monarque et le prince Philip. Une biographe a écrit qu’elle avait trouvé « peut-être une alliée plutôt improbable au palais chez Élisabeth II, dont la compréhension et l’attitude serviable ont beaucoup encouragé Diana à persévérer ».

Elisabeth II lui faisait de plus en plus confiance, l’invitant même à boire le thé avec elle sans son fils.

Leur relation s’est détériorée

Leur relation a commencé à se détériorer lorsque les tensions entre Charles et Diana se sont multipliées. Leurs relations extra-conjugales ont commencé à être exposées au grand public, mettant sérieusement à mal la réputation de la famille royale. La reine s’est montrée de moins en moins douce avec la jeune femme. Elle prenait partie pour son fils et les sommait de divorcer. La princesse Diana ne pouvait plus que compter sur le soutien du prince Philip. Ce dernier s’est toujours montré bienveillant envers elle. Il avait même proposé de prendre un rôle de “médiateur” entre elle et le prince Charles.

Lorsque Diana rendait visite à la reine, à cette période, elle ressortait toujours en larmes.

La princesse de Galles se présentait souvent à l’improviste au palais, pour visiter la reine.

Au début, Élisabeth II adoptait une attitude tolérante à l’égard de ces visites non programmées. « Diana était généralement de bien meilleure humeur à son départ qu’à son arrivée », se souvient un membre du personnel de la reine.

Cependant, au fil du temps, Élisabeth II en vient à redouter ces rencontres. Après une séance, un valet de pied a déclaré : « La princesse a pleuré trois fois en une demi-heure lorsqu’elle attendait de vous voir ». La reine a répondu : « Je l’ai eue pendant une heure et elle n’a pas cessé de pleurer ».

« A partir de ce moment-là, la reine ne pouvait plus soutenir Diana »

Puis, en 1995, la princesse Diana a donné une interview surprise cash à la BBC, sans prévenir la famille royale. Cette interview a été le point de rupture. « A partir de ce moment-là, la reine ne pouvait plus soutenir Diana », raconta une source proche de la reine.

Lady Diana a évoqué sa relation adultère avec l’officier James Hewitt. Elle avait tout dévoilé dans un livre : « Je l’adorais. Oui, j’étais amoureuse de lui. Mais j’ai été vraiment déçue. »

Elle a également parlé de Camila Parker-Bowles, la célèbre maîtresse du prince Charles, aujourd’hui reine consort. Le journaliste lui demanda si Camila Parker-Bowles avait été un facteur dans la rupture de son mariage. Elle déclara : « Eh bien, nous sommes trois dans ce mariage, donc il y avait foule ».

Elizabeth II lui a alors envoyé une lettre, pour lui demander de divorcer.

Diana Spencer ne voulait pas quitter officiellement le prince Charles. Le divorce a pourtant été prononcé un an plus tard.

Lorsque la princesse a été victime d’un accident de voiture en 1997. Elizabeth II a exprimé, contre toute attente, sans pudeur son attachement pour elle. Lors de ses obsèques, elle lui a rendu un hommage poignant qui témoignait de son affection pour elle : “Je veux personnellement rendre hommage à Diana. Elle était un être humain exceptionnel et doué. Dans les bons moments comme dans les mauvais, elle n’a jamais perdu sa capacité à sourire, à rire ou à inspirer les autres avec sa chaleur et sa bonté. Je l’admirais et la respectais… surtout pour son dévouement à ses deux garçons.”

Dix ans après sa mort, dans l’édition anniversaire de 2017 de la biographie de Diana, Andrew Morton a écrit : « L’une des nombreuses ironies de la vie d’Élisabeth II est que l’impact de Diana sur la famille royale est mesuré par le fait que la maison Windsor est maintenant beaucoup plus conciliante envers les nouveaux arrivants ».

L’arrivée de Camilla Parker-Bowles dans la famille royale fut-elle ainsi plus simple ? Réponse demain…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.