Frédéric Lopez : saviez vous qu’il était papa ?

Frédéric Lopez

Après quelques années d’absence télévisuelle, Frédéric Lopez a salué son retour avec une variante de la « Parenthèse inattendue » rebaptisée « Un dimanche à la campagne ».

Après une absence télévisuelle de plusieurs années pour se former en médecine, méditation et neurosciences et devenir instructeur d’auto-compassion en pleine conscience, Frédéric Lopez a fait de rares confidences sur Victor, son fils de 20 ans dans sa nouvelle émission « Un dimanche à la campagne ».

« Tant que tu es heureux, c’est l’essentiel »

Il s’est confié au youtubeur Ben Nevert : « Je pense que l’erreur que j’ai faite, c’est que je n’arrêtais pas de lui dire : ‘Écoute, tu sais quoi ?’ – et souvent les parents, ils disent ça pour rendre heureux leurs enfants – ‘Tant que tu es heureux, c’est l’essentiel. Moi, ce qui compte, c’est que tu sois heureux ».

Et d’ajouter : « Le problème, c’est que cette injonction au bonheur, ça laisse entendre que tu dois être tout le temps heureux. Et lui, comme il se sentait privilégié parce qu’il était ‘fils de’ etc., parce que comme tout le monde, il a des états d’âme, il a des moments où il est triste, il se sentait coupable… Donc maintenant, je lui dis : ‘tu as le droit d’être malheureux, tu as le droit d’être triste, tu as le droit d’être en colère etc ».

« Il n’a pas envie d’être ‘fils de' »

« Il est très autonome. Il n’a pas envie d’être ‘fils de’. Quand il a des amis qui viennent à la maison, il enlève toutes les photos où on est tous les deux. Il veut tellement se débrouiller seul qu’il vient de partir en colocation et il ne voulait pas que je paie un camion de déménagement : il a déménagé en tramway !« , a expliqué Frédéric Lopez.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *