Jean-Luc Lahaye « prédateur » : un rapport accablant, des victimes «  sous emprise » 

Jean-Luc Lahaye, Paris, France 2011

Mis en examen pour « viols sur mineurs », Jean-Luc Lahaye a fait l’objet d’un rapport d’expertise dans lequel il est décrit comme un « prédateur » et concluant que les victimes étaient « sous son emprise ».

« Tel un prédateur »

BFM TV a pu avoir accès au rapport de deux experts, Pierre et Sonya Jougla, mandatés par la juge d’instruction. Le couple étant reconnu comme «  spécialistes de l’emprise sectaire ». Dans les 34 pages du rapport, ils détaillent les « techniques de sujétion » à l’encontre des deux jeunes filles qui accusent le chanteur de « viols sur mineurs ». 

Après une phase de séduction, « Tel un prédateur, le mis en examen fixe [alors] rapidement ses injonctions, en installant tout un langage de menaces, d’humiliations et d’intimidation » déclarent les experts dans le rapport.

Puis c’est « une « escalade d’injonctions concernant le sexe » avant de lister par le menu la pornographie, les photos d’elles dans des positions obscènes, les films, l’épilation, la sodomie, etc… » rapporte BFM TV. 

Les deux experts concluent d’une « relation autoérotique impulsive, une pulsion d’emprise, un désir de possession, un désir de rendre l’autre objet, à disposition pour son propre plaisir » auprès des deux mineures.

La partie adverse demande la « nullité » du rapport

Les avocats de Jean-Luc Lahaye ont qualifié la démarche de « scientifiquement infondée » et « juridiquement viciée ». Ils évoquent des « pièces à décharge » qui n’auraient pas été prises en compte. Ils ont saisi la cours d’appel et requièrent la « nullité du rapport et des conclusions ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *