Léo Grasset, le youtubeur répond aux accusations de viol et harcèlement sexuel

Léo Grasset - Source YouTube

Cinq mois après les accusations de viol et harcèlement sexuel révélés par Médiapart, Léo Grasset, youtubeur, sort du silence. 

« On ne se défend pas d’un crime ailleurs que devant la justice »

Le 23 juin 2022, Médiapart publiait une enquête sur les accusations de viols et harcèlement sexuel à l’encontre du youtubeur Léo Grasset. « L’une d’entre elles l’accuse de viol. Sept autres affirment avoir subi des violences psychologiques, sexuelles, ou avoir constaté un comportement jugé problématique. » précise Médiapart. 

Depuis la diffusion de cet article, malgré les sollicitations des journalistes pour répondre à ces accusations, le trentenaire à la tête d’une chaîne YouTube de vulgarisation scientifique, avait jusque là choisi de rester silencieux. 

Il a publié le samedi 19 novembre une longue vidéo de plus de 30 minutes dans laquelle il critique les méthodes utilisées par Médiapart dans la rédaction de leur enquête. Toutefois, d’emblée, il annonce qu’il ne répondra pas dans cette vidéo à l’accusation la plus grave : celle du viol, comme le lui aurait conseillé ses avocats. « Pour eux, on ne se défend pas d’un crime ailleurs que devant la justice » s’explique-t-il. Il réserve donc son témoignage à la justice si une plainte venait à être déposée.

Le choix de la date de la diffusion de sa vidéo interroge 

L’attitude du vidéaste interroge et relance le débat sur twitter. L’auteur et réalisateur Bruno Navo Muschio, a choisi de s’exprimer à ce sujet dans un long fil Twitter.

Par ailleurs, le choix de la date de la publication de sa vidéo laisse pensif… À savoir : le même jour que la manifestation contre les violences sexistes organisée à Paris.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *