Line Renaud : confessions sur son diner avec Macron 

Line Renaud et Emmanuel Macron

Au micro d’RTL, mercredi 14 septembre, l’actrice Line Renaud a affirmé avoir convaincu le président Emmanuel Macron de mettre sur table le débat sur « la fin de vie ». 

« J’approche du moment »

À l’occasion du Festival du Film Francophone d’Angoulême, le 23 août dernier l’actrice de 94 ans avait eu ces morts forts : « J’approche du moment… ». Ainsi lors de la remise de la légion d’honneur à Line Renaud par Emmanuel Macron le 3 septembre dernier, le président lui avait affirmé « votre combat pour le droit de mourir dans la dignité vous ressemble et nous oblige ». Mais cette fois l’actrice a déclaré au micro d’RTL, mercredi 14 septembre, que lors d’un dîner avec le président celui-ci lui « aurait fait comprendre que ça allait se faire ». Le comité national d’éthique a annoncé qu’une convention citoyenne sera lancée au mois d’octobre, elle devrait durer six mois.

Un projet de loi pour Avril 2023

«Pourquoi une cruelle agonie quand la mort peut vous délivrer d’une vie qui n’est plus qu’une survie douloureuse sans espoir de guérison ? » 

Agée de 94 ans, Line Renaud se bat activement pour faire évoluer la législation sur la fin de vie. Dans un communiqué diffusé dimanche 11 septembre dans le Journal Du Dimanche, co-écrit avec le député Olivier Falorni, rapporteur général de la proposition de loi sur la fin de vie, l’actrice appelle à une mobilisation du gouvernement sur le sujet « Ici et maintenant ».

Yaël Braun Pivot, présidente de la commission des lois à l’Assemblée Nationale, a annoncé qu’un projet de loi sur la fin de vie sera débattu en Avril prochain. Selon un sondage de l’IFOP, datant de Février 2022, 94% des français seraient favorables à l’euthanasie. Jusqu’à présent le gouvernement avait sans cesse remis le débat à plus tard. Le gouvernement semble cette fois vouloir s’emparer du sujet, et rapidement.

Une réaction sur “Line Renaud : confessions sur son diner avec Macron 

  1. ce serait parfait car être obligé d’aller à l’étranger pour abréger ses souffrances n’est pas normal et coûte très cher, ce que ne peut pas se permettre tous les concernés financièrement et le respect de mourir dans la dignité est le premier hommage que l’on doit rendre à un défunt
    j’espère vivement qu’une loi sera votée et que je puisse en bénéficier le cas échéant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.