Marie Trintignant (3/7) : « Ta fifille battue », ce dernier sms envoyée à sa mère

Marie Trintignant

Quelques semaines avant de mourir sous les coups de Bertrand Cantat, Marie Trintignant avait envoyé un message glaçant à sa maman…

En août 2003, Marie Trintignant succombe à une hémorragie cérébrale sous les coups de son compagnon Bertrand Cantat, à son retour de Vilnius, en Lituanie, où elle tournait un téléfilm sur Colette, réalisé par sa mère.

Nadine Trintignant était au courant de la relation tumultueuse entre Bertrand Cantat et sa fille Marie Trintignant

Rapatriée en urgence en France, après deux opérations infructueuses sur place pour la sauver, l’actrice est alors dans un coma profond, après une violente dispute avec son compagnon de l’époque, Bertrand Cantat. 

La mère de la victime, Nadine Trintignant, était au courant de la relation tumultueuse qu’entretenait sa fille avec la musicien, mais avait-elle conscience du degré de violence ?

« Sois sage ô ma douleur et tiens-toi plus tranquille »

Dans son documentaire « Marie Trintignant, tes rêves brisés », Nadine Trintignant est allée chercher sa fille en Lituanie pour la ramener en France. Elles quittent ensemble le 31 juillet Vilnius à bord d’un avion médicalisé où Marie est allongée inconsciente sur un brancard. Nadine tente alors de protéger son visage tuméfié des photographes. Elle leur balance : « Bande de chiens ! »

En septembre 2003, Nadine Trintignant est entendue par la police. Elle rapporte le contenu du dernier SMS de sa fille, qu’elle a reçu « deux semaines avant le drame« . Marie Trintignant lui aurait écrit à propos de sa vie quotidienne un message contenant un vers de Baudelaire : « Sois sage ô ma douleur et tiens-toi plus tranquille », signé « Ta fi-fille battue »...

4 réactions sur “Marie Trintignant (3/7) : « Ta fifille battue », ce dernier sms envoyée à sa mère

  1. Comment une femme comme Marie Trintignant, qui avait du caractère (n’a-t-elle pas eu ses enfants avec plusieurs pères différents, ce qui fait montre d’une sacré personnalité !) a-t-elle pu rester avec un homme qui la brimait physiquement ? Il y a là vraiment un mécanisme de la psychologie féminine que je ne peux pas m’expliquer. Rien ne la retenait que je sache : personne n’appartient à personne, et dans ce milieu artistique on est à même de mettre en pratique cette maxime.

  2. Quand on aime la personne qui vous brutalise difficile de partir de la quitter. Et elle même a dû le pousser à bout pour qu il en arrive à la tuer . Il y a des femmes qui cherche le conflit aussi

  3. quel cucu la pra….franchement….
    et la mere qui réagit pas non plus
    famille de camés c est pas possible

    eh si il y a des nanas qui poussent jusqu’au bout, j en ai connu au moins une
    il y a beaucoup de taré(e)s sur terre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *