Marine Le Pen : ce “divorce” qui la rend “très malheureuse”

Marine Le Pen

Elu président du Rassemblement national le 5 novembre dernier, Jordan Bardella a décidé d’exclure deux piliers historiques du parti. Un « divorce » qui rendrait « très malheureuse » Marine Le Pen.

Samedi 5 novembre, Jordan Bardella a été élu président du Rassemblement national lors du 18e congrès du parti à la Maison de la Mutualité à Paris.

Avec 85 % des voix, il a battu Louis Aliot et a ainsi succédé à Marine Le Pen succédant elle-même à son père Jean-Marie Le Pen depuis 2011.

Steeve Briois et de Bruno Bilde quittent le Rassemblement National

L’euro-député de 27 ans a visiblement décidé de modifier son équipe de collaborateurs. Plusieurs départs sont prévus dont celui de Steeve Briois et de Bruno Bilde, deux pilliers historiques du parti.

« C’est normal qu’il y ait un renouvellement des instances. Il y a une mésentente entre les trois et j’en suis très malheureuse. Je me sens comme devant un couple qu’on adore et qui divorce. Le parti n’est qu’un outil et pas une fin en soi. Si c’était autre chose, je n’aurais pas quitté la présidence… », a confié Marine Le Pen à La Voix du Nord.

Les deux départs ont été confirmés ce mercredi 9 novembre

« J’espère que le Rassemblement national n’est pas en train de céder au grand compromis nationaliste », a exprimé Steeve Briois, maire d’Hénin-Beaumont, élu 4e au conseil national du parti, évincé des instances décisionnaires peu de temps après l’élection de Jordan Bardella.

Bruno Bilde, député de la 12e circonscription du Nord–Pas-de-Calais, proche et allié historique de Marine Le Pen, aurait subi le même sort.

Il a dit regretter le choix d’une « ligne conservatrice et identitaire » et d’une « exclusion de la ligne sociale du mouvement ».

Les deux départs ont été confirmés ce mercredi 9 novembre, alors que Jordan Bardella présentait, lors d’une conférence de presse, la nouvelle organisation des organes internes du parti.

Il a dévoilé les membres de la commission nationale d’investiture (CNI) à laquelle ni Steeve Briois, qui en était pourtant le vice-président, ni Bruno Bilde, n’en faisaient partie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *