Nicolas Sarkozy (4/7) : Coup de projecteur sur ses maladresses : « Est-ce qu’on demande à Rocco Siffredi d’avoir des sentiments ? »

Nicolas Sarkozy

Entre maladresses et sens de la répartie, Nicolas Sarkozy a surpris bon nombre de Français, de Monsieur et Madame Tout le Monde aux figures politiques. Retour sur ses phrases choc…

« On va nettoyer au karcher la cité des 4000 »

Juste après la mort en juin 2005 d’un garçon de 11 ans devant chez lui à La Courneuve en Seine-Saint-Denis, Nicolas Sarkozy s’était rendu une première fois sur place et avait annoncé sa volonté de « nettoyer au karcher » la cité des 4000 où habitait la victime. Il n’avait alors pas été filmé mais la journaliste du Monde Marion Van Renterghem l’avait raconté à Libération : « La première fois qu’il a prononcé cette phrase, c’était dans l’appartement, devant la famille. Il n’y avait ni caméra ni journaliste, sauf moi qu’il n’a pas identifiée comme telle car je me trouvais dans l’appartement avant lui, depuis plusieurs heures, à discuter avec la famille. »

Il reviendra une dizaine de jours plus tard dans la cité et s’expliquera alors : « Le terme « nettoyer au Kärcher » est un terme qui s’impose car il faut nettoyer cela », avait-il dit à des jeunes de la ville.

Il expliquera vouloir « nettoyer » les quartiers du pays, et celui de La Courneuve en particulier : « On va donc nettoyer, au propre comme au figuré, la cité des 4000 », avait-il martelé.

« Vous et moi, on a un peu vécu la même chose, hein ? La rupture d’un couple…« , avait-il affirmé à Anne Sinclair

Dans son livre Chronique d’une France blessée, Anne Sinclair relate une mémorable entrevue avec Nicolas Sarkozy. Elle y décrit l’ancien président mal à l’aise, cherchant ses mots et indélicat : « Il a commencé par me signifier qu’il avait pensé à moi au moment du Sofitel, que malgré les rumeur, il n’y était pour rien, écrit-elle. Il parlait par onomatopées : « On a dit surveillance… Poutine… En tous cas, contre vous, rien… » Puis il m’a dit « Vous et moi on a un peu vécu la même chose, hein ? La rupture d’un couple… Evidemment ce n’est pas tout à fait pareil, mais on se comprend, hein ? »

Choquée, Anne Sinclair lui avait rétorqué : « Je voudrais que vous m’épargniez cela ». 

« Quand je suis en province, je me sens Parisien… »

En 2016, Nicolas Sarkozy a cru faire une déclaration d’amour à l’Europe mais son discours s’est transformé en tirade un peu méprisante à l’égard des habitants des régions de France. Il s’est laissé emporter par son propos : « En Asie, je me sens Européen, en Angleterre, je me sens Français, mais dans les territoires de France et en province, je me sens Parisien ».

Son sens de la répartie en politique, à prendre ou à laisser ?

En 2013, lors de sa première visite du Salon de l’Agriculture en tant que chef de l’État, François Hollande avait été interrogé par un enfant : « Il est où, Nicolas Sarkozy ? » « Tu ne le verras plus », avait-il répondu vivement, content de lui.

A son passage au salon, lorsqu’un journaliste raconte la scène à Nicolas Sarkozy, ce dernier lui répond : « Encore une promesse non tenue ».

En 2007, à l’aube des élections présidentielles, Nicolas Sarkozy multiplie les plateaux télévisés pour promouvoir son élection. Il partage notamment sa « proposition choc » : la création d’un ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale. Son ancien conseiller de l’ombre raconte alors que Nicolas Sarkozy se serait comparé à Rocco Siffredi pour illustrer les attentes des Français : « On me fait faire des émissions pour me rendre sympathique, mais ce n’est pas forcément ce que les Français attendent de moi. Ils s’en moquent, les Français, que je sois sympathique ! Ils veulent que je fasse le job. Est-ce qu’on demande à Rocco Siffredi d’avoir des sentiments ? Est-ce qu’on attend de lui des mots d’amour ? Non mais je m’excuse d’être vulgaire : Siffredi, son truc, c’est pas la bluette. »

Ses autres perles mémorables

« Les Français ne sont jamais été privés plus de deux jours de carburant. » (Interview télévisée, le 16 novembre 2010)

« Je ne crois pas que jamais personne n’ait pu me reprocher un scandale quelconque. » (Interview télévisée, le 16 novembre 2010)

« Dans les critiques qui me sont faites, celle qui m’a le plus touché, et qui m’interpelle le plus, c’est celle qui voit une partie des Français se dire : ‘Au fond, il fait une politique pour quelques uns et pas pour tous’. Si les Français croient ça, et ils ont raison de le croire, je dois en tirer des conséquences immédiates. » (Interview télévisée, le 24 avril 2008)

Nicolas Sarkozy : « Je vous amène le beau temps ». Un pêcheur breton : « En Bretagne, il pleut que sur les cons ». Nicolas Sarkozy : « Eh bien, il doit pleuvoir souvent ! »

« C’est toujours comme ça une campagne : on promet pour être élu et après on déçoit. » (Visite à La Réunion, le 16 février 2007)

Aux dernières élections, Nicolas Sarkozy était présent sans être présent. Ses allers-retours en politique laissent les Français dans les doutes quant à ses véritables convictions…

A suivre demain dans le cinquième épisode de la saga.

3 réactions sur “Nicolas Sarkozy (4/7) : Coup de projecteur sur ses maladresses : « Est-ce qu’on demande à Rocco Siffredi d’avoir des sentiments ? »

  1. Je vais en heurter certains, mais M. Sarkosy m’était sympathique. Ses bourdes arriveraient à le rendre plus attachant. Ses grosses erreurs sont moins faciles à passer! D’ailleurs, les français adorent brûler -avec une hargne sans pareille- ce qu’ils ont adoré. Pas étonnant qu’il y ait autant de divorces!

  2. Entièrement d’accord avec m.devals, j’apprécie aussi M.Sarkozy.
    Il n’a pas eu de chance, quelques mois après son élection il a du affronter la crise des subprime (mondiale). C’est quelqu’un d’energique et volontaire qui aime profondément son pays.

  3. Dommage qu’il ait passé sa dernière année à préparer sa réélection au lieu de faire le job pour lequel il avait été élu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.