« On prend deux pilules… » : Line Renaud cash sur sa fin de vie

Line Renaud / Alamy

Mercredi 12 octobre, nos confrères du journal Le Parisien publiaient un long entretien de Line Renaud, dans lequel elle s’est confiée sur sa fin de vie. L’actrice se bat pour une fin de vie digne depuis le décès douloureux de son marri dans d’atroces et longues souffrances. 

Line Renaud fêtait, il y a peu, ses 95 ans, son seul souhait est de ne pas mourir dans la souffrance 

La comédienne jouait au côté de Jean Sorel pour le téféfilm « le Prochain Voyage », diffusé mercredi 11 octobre au soir sur France 2. Dans ce téléfilm, Line Renaud forme un avec Jean Sorel un couple qui décide de mourir ensemble. Le mari sait sa femme malade et souhaite partir en même temps qu’elle. 

L’occasion pour elle de s’exprimer sur sa propre fin de vie. Un sujet qui lui tient particulièrement à coeur, après avoir vu son propre mari partir dans la douleur. Elle le dit sans faux semblants, elle choisira son départ. Line Renaud n’a pas peur de la mort, elle a peur de la souffrance. Ainsi son choix est tout fait : « Oh, ce n’est pas difficile. On prend deux pilules, une qui endort et l’autre qui pouf, paf ! »

Découvrez aussi :  Line Renaud : confessions sur son diner avec Macron

Depuis 2017, Line Renaud se bat pour faire changer le droit français sur ce sujet

Si elle parait le dire sur un ton léger, elle explique qu’elle prendra toutefois des dispositions pour que ses proches ne puissent pas être accusés de quoique ce soit. Elle laissera donc une lettre en disant « C’est moi qui ai fait ça ». Line Renaud est marraine de l’association pour le droit à mourir dans la dignité (ADMD) depuis 2017, elle tente de faire changer les lois sur ce sujet en France. 

2 réactions sur “« On prend deux pilules… » : Line Renaud cash sur sa fin de vie

  1. Pour Madama Line renaud c’est son choix mais chacun a droit à un choix. On n’a pas à imposer
    de mourir de telle façon parce qu’on pense cela et encore moins à l’imposer aux autres par une loi.
    La douleur c’est vrai personne n’a envie de souffrir mais comment se passera notre mort, personne ne le sait
    et je pense que aujourd’hui on a les moyens de l’empêcher.
    Développons les soins palliatifs et la personne ne souffrira pas au moins psychologiquement.
    Beaucoup de violence en France aussi n’obligeons pas les soignants à donner la mort.

    1. Comme disait Brassens quand on est con on est con on le sais pas mais le plus dur c’est pour les autres faut savoir lire en 1 et comprendre en 2 elle veut une loi pour avoir le droit de mourir dans la dignité pas l’imposer aux autres et ça en France pour l’instant on le peut pas

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4633646336