Paris Hilton, victime d’abus sexuels, raconte son calvaire

Paris Hilton

Adolescente, Paris Hilton a été au pensionnat dit «thérapeutique» situé dans l’Utah, aux Etats-Unis. Selon  » The New York Times », elle y a subi de nombreux abus sexuels.

Dans une vidéo publiée ce mardi par The New York Times, Paris Hilton raconte qu’elle a subi de nombreux abus sexuels lorsqu’elle était scolarisée dans les années 1990 dans un pensionnat dit «thérapeutique» de l’Utah, aux Etats-Unis.

Ses parents souhaitaient que Paris Hilton soit recadrée

Ses parents l’y avaient placée dans cet établissement pour la recadrer et traiter ses troubles émotionnels.

«Tard dans la nuit, autour de trois ou quatre heures du matin, ils nous emmenaient, moi et d’autres filles, dans cette pièce et nous faisaient passer de faux examens médicaux», a-t-elle confié.

«Ils mettaient leurs doigts à l’intérieur de nous. Je ne savais pas réellement ce qu’ils étaient en train de faire, mais ce n’étaient clairement pas des médecins», a raconté en pleurs la star.

«C’était vraiment effrayant. C’est quelque chose que j’avais vraiment bloqué pendant de nombreuses années mais ça revient tout le temps et j’y pense. Maintenant, en tant qu’adulte, il n’y a aucun doute que c’étaient des abus sexuels», a-t-elle expliqué.

« Ils étaient violents physiquement, ils nous tapaient, ils nous étranglaient »

Dans son documentaire «This Is Paris» sorti en 2020, elle avait déjà révélé avoir été victime d’abus et avait plaidé pour la fermeture de l’école.

«Du réveil au coucher, on me criait dessus, on me hurlait au visage. Le personnel disait des choses terribles. Ils me faisaient constamment me sentir mal, ils me maltraitaient. Je pense que leur objectif était de nous casser. Ils étaient violents physiquement, ils nous tapaient, ils nous étranglaient. Ils voulaient que les enfants aient peur, si peur qu’ils obéissent», racontait-elle.

Un an plus tard, elle avait manifesté devant le Sénat de l’État de l’Utah pour défendre un projet de loi relatif au règlement de ces établissements privés.

La célèbre tatoueuse et businesswoman Kat Von D, qui a également fréquenté cette école pendant six mois, avait indiqué avoir vu des étudiants être « gavés de médicaments, sous sédation profonde ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *