Patrick Poivre d’Arvor : une nouvelle plainte pour « viol » a été déposée 

Patrick Poivre d'Arvor, nouvelle plainte pour viol

Selon France Info, ce mercredi 27 avril, une femme a déposé une nouvelle plainte pour « viol » contre Patrick Poivre d’Arvor.

C’est la 17e plainte déposée contre le journaliste. Mercredi 27 avril, une femme a déposé plainte pour « viol » contre Patrick Poivre d’Arvor au commissariat du 20e arrondissement de Paris.

« Il enlevé mon pantalon, et il m’a violée »

Ce jeudi 28 avril, la victime, une journaliste âgée de 24 ans au moment des faits livre son témoignage dans Complément d’enquête sur France 2. Les faits remontent en 1995 et auraient eu lieu dans le bureau du journaliste : « Il me demande si j’ai un copain, un amoureux. Je me suis senti glacée, je lui ai répondu « non ». Il se lève, il fait le tour de son immense bureau, il vient s’asseoir à côté de moi, il met ses mains sur mes épaules et il m’embrasse… Il m’a basculé avec ses mains sur la moquette. Mon corps était là mais moi je n’étais plus là. Il enlevé mon pantalon, il a enlevé mon pantalon, et il m’a violée », raconte-t-elle.

Et de poursuivre : « Cela a duré deux minutes, pas plus de deux minutes. Il s’est rhabillé, je me suis rhabillée. Il m’a dit « bonsoir, à demain ». Je trouve ça abominable ».

« Il a approché mon visage de son sexe »

La victime a également dénoncé une autre tentative de viol un soir dans dans la rédaction de TF1 : « Il est venu près de moi, contre moi, il a déboutonné son pantalon, il m’a attrapé par les cheveux, il a approché mon visage de son sexe. Je me suis débattue comme une folle. C’était d’une telle violence. Il s’est rhabillé, il est parti, sans un mot».

2 réactions sur “Patrick Poivre d’Arvor : une nouvelle plainte pour « viol » a été déposée 

  1. Un nouveau témoignage qui se serait produit en 1995 l’année du suicide sous une rame de métro de sa fille Solenn. Que savait-elle ?
    Comment a-t-on accepté de laisser ce prédateur sexuel très dangereux se jeter sur des proies sans défense pour assouvir ses désirs sataniques ?
    Comment les responsables des chaînes de télévision ont-ils pu fabriquer un tel perturbé mental ?
    On devrait aussi les juger pour non assistance à femmes en danger et même pour complicité.
    Ne faudrait-il pas limiter à une vedette de télé de tenir l’antenne et de paraître seule à l’écran durant de trop nombreuses années.
    C’est là une lourde responsabilité.

  2. Mais tout simplement parce qu’il rapportait un max de fric à TF1 et qu’il s’est même permis l’impensable c’est TF1 qu’il faut condamner pour complicité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.