« Toi t’es une merde » : que risque Hanouna suite aux poursuites de Louis Boyard ?

Hanouna / Boyard - Source : TPMP - C8

Violente altercation entre Cyril Hanouna et le jeune député de la France Insoumise, Louis Boyard, sur le plateau de TPMP, jeudi 10 novembre sur C8.

« t’es une merde », « ferme ta gueule »

Une violente altercation s’est déroulée entre Cyril Hanouna et le jeune député de la France Insoumise, Louis Boyard. Lors d’une séquence abordant le sort des migrants bloqués à bord de l’Océan Viking, Louis Boyard a évoqué les responsabilités de Bolloré dans l’appauvrissement de l’Afrique, à l’origine de l’afflux des migrants. Il a également souligné les inégalités de richesse abyssales qui façonnent notre monde, Vincent Bolloré faisant partie des « cinq personnes qui possèdent autant que 27 millions de personnes ».

Des arguments qui n’ont pas plu à Cyril Hanouna, défendant corps et âme celui qui n’est autre que son patron : Vincent Bolloré. Ainsi il s’est emporté, insultant violemment le jeune député qui est également un de ses anciens chroniqueurs : « tocard », « abruti », « bouffon », « t’es une merde », « ferme ta gueule ».

À l’issu des dix minutes d’échanges houleux, Louis Boyard a quitté le plateau, hué par le public.

Il s’est exprimé sur les réseaux quelques heures après : « Sur #TPMP, Cyril Hanouna vient de m’insulter pour avoir critiqué Bolloré, propriétaire de sa chaîne. Cyril Hanouna est aussi irresponsable avec la liberté d’expression qu’avec l’extrême droite. La France prend un tournant inquiétant. »

Un an de prison assortie d’une amende maximale de 15 000 euros 

L’Arcom a indiqué auprès de l’AFP : « Nous sommes saisis et nous allons examiner la séquence au regard des obligations de l’éditeur ». Auprès de l’Arcom Cyril Hanouna risque « un courrier de mise en garde, une amende ou « la suspension de l’édition, la diffusion et la distribution d’un programme audiovisuel ».

Si le député porte plainte à l’encontre de Cyril Hanouna, ce dernier risque : un an de prison assortie d’une amende maximale de 15 000 euros pour avoir porté outrage à une « personne dépositaire de l’autorité publique ou chargée d’une mission de service public » 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *