Marine Le Pen (3/7), l’alliance de son père avec les partis néonazis : ces accointances politiques qui gênent…

Marine Le Pen

En janvier 2012, Marine Le Pen, nouvelle présidente du Front Nationale depuis 2011, est l’invitée d’honneur au bal de l’extrême droite européenne à Vienne, dans l’ancien palais impérial de la Hofburg, de Heinz-Christian Strache, chef du Parti de la liberté (FPÖ).

Le bal où Marine Le Pen était invitée d’honneur coïncidait avec le 67e anniversaire de la libération du camp d’extermination d’Auschwitz

Le bal des corporations estudiantines à Vienne compte à l’époque 4 000 membres de plusieurs courants dont « Olympia », proche du néonazisme, un courant qui avait séduit Martin Graf, troisième vice-président du Parlement autrichien, où il vient de recevoir selon Le Monde la délégation du Front National.

En outre, l’organisation du bal coïncide avec le 67e anniversaire de la libération du camp d’extermination d’Auschwitz.

Jean-Marie Le Pen est exclu par sa fille Marine Le Pen du Front National pour ses propos sur la Shoah, condamnés par la justice

En 2018, année ou le Front National devient le Rassemblement National, et où Jean-Marie Le Pen est définitivement condamné par la Cour de cassation, pour avoir qualifié de « détail » de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale les chambres à gaz, le fondateur du Front National siège au Parlement européen sous les couleurs de l’Alliance pour la paix et la liberté, qui compte dans ses rangs les membres du parti néonazi allemand, ceux du parti néofasciste italien Forza Nuova et ceux du parti d’extrême droite radical tchèque (DSSS)…

Jean-Marie Le Pen est alors exclu par sa fille Marine Le Pen du Front National pour ses propos sur la Shoah pour lesquels il est condamné par la justice.

Le 2 avril 2015, Jean-Jacques Bourdin demande à Jean-Marie Le Pen s’il regrette d’avoir qualifié les chambres à gaz de « détail ».

Jean-Marie Le Pen de répondre : « Pas du tout. Ce que j’ai dit correspondait à ma pensée que les chambres à gaz étaient un détail de l’histoire de la guerre, à moins d’admettre que ce soit la guerre qui soit un détail des chambres à gaz… « .

« Sous couvert d’admettre la réalité et le caractère ‘assez ignoble’ des chambres à gaz, Jean-Marie Le Pen n’a de cesse d’en relativiser l’importance », concluait le jugement de première instance du tribunal correctionnel en avril 2016, confirmé par la cour d’appel de Paris qui avait également ordonné une mesure de publication d’un communiqué judiciaire dans trois journaux.

Jean-Marie Le Pen avait été condamné à verser au total 10 001 euros de dommages et intérêts à trois associations parties civiles, ainsi que 4 000 euros supplémentaires à deux d’entre elles au titre des frais de justice.

2 réactions sur “Marine Le Pen (3/7), l’alliance de son père avec les partis néonazis : ces accointances politiques qui gênent…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2636226362