Benjamin Castaldi saisi par la justice : Qu’est ce qui s’est passé ?

Benjamin Castaldi saisi par la justice : Qu'est ce qui s'est passé ?

Benjamin Castaldi saisi par la justice : Qu’est ce qui s’est passé ? D’un point de vue financier, Benjamin Castaldi n’a pas eu beaucoup de chance. Mardi, à Touche pas à mon poste, il révélait s’être fait arnaquer à deux reprises alors qu’il investissait dans l’immobilier. Le souvenir était encore frais dans son esprit.

Belle vie grâce à Secret Story

Dans la vie, certaines personnes comptent les moindres billets pour faire leur comptabilité, et au contraire, certaines personnes croient que l’argent sert à être dépensé, du moins de manière sensée. Benjamin Castaldi relève de la deuxième catégorie. Le chroniqueur de Touche pas à mon poste, et quand il est devenu l’un des animateurs phares de TF1, il a eu une belle vie grâce à Secret Story. Alors comme tout le monde avec un petit apport, le père de Gabriel a voulu investir dans la pierre. Sauf qu’il n’a pas vraiment rencontré quelqu’un en qui il pouvait avoir confiance pour l’accompagner dans son projet : « J’ai acheté un immeuble merdique. J’ai été forcé de croire que c’était un très bel immeuble, ce n’est pas que je ne l’ai pas vu ».

Un investissement raté

Benjamin Castaldi, moqué par ses camarades lorsqu’ils ont appris qu’il n’était pas allé visiter la propriété, a expliqué : « « On m’a proposé d’investir en loi Malraux. Donc vous pensez faire une grosse économie fiscale mais non seulement vous ne bénéficiez pas de l’économie fiscale mais en plus, ça vous coûte 3 ou 4 fois le prix de l’économie. » Situé à Tulles, l’immeuble a au final posé plus de problèmes à Benjamin Castaldi qu’autre chose : « Finalement, pour deux millions d’investissement à la revente comme ça, aux enchères quand j’ai été saisi, qu’ils m’ont tout saisi et qu’ils ont tout pris, ça s’est vendu 400 000 euros. » Une expérience malheureuse qui n’est pas la seule.

Un autre investissement dans un château

Benjamin Castaldi avait également investi dans un château, sur le même principe que la loi de Malraux : « J’ai acheté un château, mais il y avait une grosse pourriture sèche, un champignon, et la pourriture sèche a mangé le château. C’est parti. Le château est en ruine ! Je l’ai acheté 200-250 000 euros. Des travaux doivent être faits, mais comme le mec qui a pris l’argent des travaux est parti avec… » Benjamin Castaldi semble attirer les malhonnêtes. Il y a quelques semaines, il avait déclaré qu’il « dépensait son héritage » pour lancer la carrière d’une chanteuse israélienne. Si l’artiste n’a rien à se reprocher, c’était loin d’être le cas pour son agent. L’affaire lui a coûté 150 000 euros.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.