« C’est pas moi qui décidera », « les droits fondamentals » : Stéphane Séjourné étrillé pour ses fautes d’orthographes 

Le remaniement ministériel a porté avec lui son lot de réactions, souvent vives. Stéphane Séjourné, promu ministre des affaires étrangères, a été épinglé pour des fautes d’orthographes lors de ses récentes prises de parole. 

Les récentes prises de parole de Stéphane Séjourné suscitent de vives critiques sur la toile

Accordant une interview à BFM TV, Stéphane Séjourné déclare à propos de l’Ukraine : « Ce sera l’occasion de voir pour nous ce qu’ont besoin les Ukrainiens ». Peu après, au cours d’une conférence, il va déclarer : « C’est en Ukraine que se joue aujourd’hui la défense des principes fondamentals du droit international ».

« Il faudra penser a soigner votre français Mr le ministre. On dit (ce dont ont besoin les ukrainiens) et non (ce qu’on besoin les ukrainiens). Sans parler des autre erreurs. Votre locution m’a écorché les oreilles alors le français n’est pas ma langue maternelle. » commente un internaute, sur la plate-forme X (anciennement Twitter). 

La polémique prenant de l’ampleur sur le réseau social, de nombreuses autres vidéos, plus anciennes, vont resurgir. Parmi lesquelles, l’extrait d’une émission, dans lequel on l’entend dire : « C’est pas moi qui décidera ». Ainsi de nombreux internautes remettaient en question ses compétences pour accéder à un tel poste. 

Stéphane Séjourné, ce handicap qui lui mène la vie dure depuis son plus jeune âge

Selon nos confrères du journal Gala, le ministre souffrirait de dyslexie. Chaque prise de parole serait donc une épreuve au vu de ce handicap. Le journal Gala revenait notamment sur sa première conférence de presse en mars 2019. Au cours de celle-ci, il aurait eu des difficultés à prononcer plusieurs noms. 

C’est un handicap qu’il porte depuis son plus jeune âge. Par ailleurs, suite à la mutation de son père au Mexique lorsqu’il est très jeune, il grandit dans un contexte hispanique, une langue avec laquelle il aurait en conséquence plus de facilités. 

8 réactions sur “« C’est pas moi qui décidera », « les droits fondamentals » : Stéphane Séjourné étrillé pour ses fautes d’orthographes 

  1. Mais c’est la copine d’Attal (ou ex copine d’Attal). Un homo dyslexique au gouvernement, au secours, Charles, reviens-nous vite !!!

  2. On a besoin d’aucun titre scolaire ou universitaire pour être ministre!! Il suffit d’être nommé par le premier ministre avec l’aval du Président de la République.A-t-il eu le certificat d’études primaires? Le BEPC?Je ne pense pas.
    Je pense qu’il a eu son Baccalauréat avec 23/20 !…et ensuite Sciences Po!!

  3. je pense qu’il n’est pas le seul à avoir des problèmes en français, en attendant il peut être un bon ministre quand même,. Faudrait il faire passer le certificat d’études à nos ministres?

  4. Inutile de défendre l’indéfendable Cajoline…des ministres de ce genre c’est n’importe quoi et de plus une insulte à la France…

  5. Cela me parait incroyable ! Ainsi, n’importe qui peut avoir une place dans le « gouvernement » actuel ? On devrait obtenir d’eux qu’ils aient au moins le certificat d’études !… Est-ce bien le CAS ?

  6. « C’est pas moi qui décidera », « les droits fondamentals » ce n’est pas une faute d’orthographe, mais de français!
    Le journalisme n’est plus ce qu’il était!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *