Agnès Jaoui : «  La drogue la moins toxique c’est… »

Ils étaient des centaines réunis jeudi 6 octobre à l’IMA, à Paris, pour les États Généraux du Cinéma. Agnès Jaoui y était présente, sonnant l’alerte sur la situation actuelle. 

La plate-forme « avec un grand N rouge »

Comme à son habitude Agnès Jaoui sait jouer des mots… À l’occasion des « États Généraux du Cinéma », l’actrice a fait un discours dans lequel elle compare la plateforme « avec un grand N rouge » à de la drogue. La drogue la moins toxique certes, mais pas sans conséquences pour le milieu culturel selon ses dires.

« Le monde a besoin d’histoire ça devrait être une bonne nouvelle mais nous n’avons jamais été autant mal traité » disait jeudi 6 octobre, Agnès Jaoui, au pupitre de l’IMA devant une salle bondée. « On va accepter tout ça? » demande-t-elle. 

Ils tirent « un signal d’alarme au nom de l’amour du cinéma »

Face au monde du cinéma mis à mal par la pandémie, des centaines d’indépendants se sont réunis hier pour alerter le gouvernement sur les chamboulements que vit le milieu de la production et diffusion cinématographique française. 

En effet, depuis la pandémie les salles ont fermé, puis rouvert. Au grès des confinements et restrictions sanitaires, les habitudes de la population ont changé et favorisé les plateformes de diffusion en ligne. 

Les chiffres de fréquentation des salles sont au plus bas depuis 1980 et cela met en péril toute l’industrie du cinéma français. Les règles sont désormais dictées par les plateformes américaines, dont le fonctionnement met à mal les institutions et acteurs du milieu français. C’est pour penser et échanger autour cette évolution sociétale que se sont réunis hier les indépendants du cinéma.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *