Marie Trintignant (4/7) : ce coup de fil passé par Bertrand Cantat à Samuel Benchetrit après l’avoir assénée de coups

Samuel Benchetrit

Le soir du drame, après avoir battu à mort Marie Trintignant, Bertrand Cantat a appelé Samuel Benchetrit… au lieu d’appeler les secours.

Samuel Benchetrit et Marie Trintignant s’étaient séparés quelques mois avant le drame, après huit ans de vie commune.

Ce soir du drame, après avoir asséné de coups Marie Trintignant, Bertrand Cantat appelle Samuel Benchetrit alors qu’il venait justement tout juste de frapper Marie de 19 coups dont 4 au visage à cause d’un SMS de Samuel qui l’avait rendu jaloux…

En effet, Bertrand Cantat ne supportait pas que l’actrice soit toujours en contact avec ses quatre ex-compagnons, pères de ses quatre enfants.

Dans la nuit du 26 au 27 juillet 2003, vers 2 heures du matin, elle a reçu un SMS de Samuel Benchetrit, encore son mari : “Je t’embrasse petite Janis” lui dit alors Samuel Benchetrit en référence au personnage qu’elle joue dans le film Janis et John, en binôme, avec François Cluzet, également son ex-conjoint et père de leur fils Paul Cluzet.

Ensuite, Marie s’effondrera au sol avant que Bertrand Cantat ne la transporte dans le lit.

« J’entends les mouvements. J’entends qu’il se penche »

Bertrand Cantat appelle alors Samuel Benchetrit juste après pour lui raconter la scène. Il minimise la scène et explique : « On s’est beaucoup engueulés ce soir, je l’ai giflée ».

Samuel Benchetrit lui demande alors de retourner dans la chambre et de vérifier si Marie va bien : « J’entends les mouvements. J’entends qu’il se penche. J’entends qu’il prononce son prénom. Doucement. Et puis le mien. Il dit ‘C’est Samuel. Marie, c’est Samuel.’ Je crois entendre son souffle ».

Bertrand Cantat annonce alors à Samuel Benchetrit : « Elle ne se réveille pas ». Marie trintignant était déjà dans le coma, souffrant d’un oedème cérébral.

« C’est un lâche, c’est un faible, c’est un type qui n’a pas de couilles »

Dans une lettre publiée le 12 mars 2018, Bertrand Cantat, condamné à huit ans de prison pour le meurtre de sa compagne, qui n’a purgé que la moitié de sa peine avant d’être libéré en 2007, a invoqué son « droit à la réinsertion » : « J’ai payé la dette à laquelle la justice m’a condamné. J’ai purgé ma peine. Je n’ai pas bénéficié de privilèges. Je souhaite aujourd’hui, au même titre que n’importe quel citoyen, le droit à la réinsertion. Le droit d’exercer mon métier », a-t-il écrit sur son compte Facebook.

« C’est un lâche, c’est un faible, c’est un type qui n’a pas de couilles. Il le démontre tout le temps. Ce type a tué de ses mains la mère de mon fils, il a tué la mère des frères de mon fils, il a enlevé une femme libre et extraordinaire à ses parents et aux gens qui l’aimaient et dont je fais partie », rétorque le lendemain à LCI Samuel Benchetrit.

« C’est un homme qui frappe les femmes, qui en a poussé une autre au suicide, dont une main courante a encore été déposée il y a quelques mois par une femme qui avait peur et qui aujourd’hui demande à être réinséré », s’insurge-t-il.

Pour Samuel Benchetrit, la réapparition aussi rapide de Bertrand Cantat est « indigne et indécente » face à la détresse des parents Nadine et Jean-Louis Trintignant.

« Qu’il chante autant qu’il veut, dit-il. Mais quand je vois les enfants de Marie, si dignes, si jeunes, si beaux, baisser la tête en voyant l’autre connard en couverture d’un magazine de merde (les Inrocks, ndlr), je trouve franchement cette situation ridicule. Il ne faut pas que je le croise, parce qu’il va se passer un truc, entre mecs ».

L’appel de Nadine Trintignant

Pour Nadine Trintignant, à l’époque, que Bertrand Cantat renonce aux festivals de l’été 2018, « ce n’est pas suffisant. S’il s’arrêtait complètement, ça me conviendrait complètement. Je le trouve indécent, innommable », regrettant que Bertrand Cantat « n’ait pas eu une condamnation normale, c’est-à-dire vingt ans ».

4 réactions sur “Marie Trintignant (4/7) : ce coup de fil passé par Bertrand Cantat à Samuel Benchetrit après l’avoir assénée de coups

  1. Hé oui ! Encore un beauf dans la nature . Entre Marie , Lola et Justine . Ben ma foi la boucle est bouclée . Cantat alors lui il s ‘ en ai largement bien sortit alors qu ‘ il a tué Marie . Là aussi bravo la justice ! On attend pour Lola et Justine mais malheureusement de vous à moi je n ‘ ai aucun espoir de justice . Je suis dégoutée

    1. Comme je vous comprends !
      J’en veux énormément au juge qui n’a retenu contre Cantat que 8 ans ferme et pire qu’il ait accepté que ce monstre sorte à la moitié de sa peine !
      Il méritait l’emprisonnement à vie sans possibilité de sortie même avec un bracelet !!!!

  2. Le pire est qu’ils existent au monde des cons qui vont aller l’écouter chanter! Tous ces gens là ne valent pas mieux que lui! L’indifférence tue aussi et la lâcheté est désormais devenu le maître mot de notre sous société pourrie… À gerber…

    1. On vit dans un monde de tarés et égoïstes avec une justice pourrie et surtout avec aucun contrôle et aucune sanction au dessus des juges….!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *