Léa Salamé dézinguée par les internautes, jugée « problématique » à cause de ses propos choquants sur…

Léa Salamé

Ce mercredi 1er mai 2024, Juliette Binoche était l’invitée de Léa Salamé dans la matinale de France Inter. La journaliste a eu des propos maladroits qui ont choqué les internautes.

Ce mercredi 1er mai 2024, Juliette Binoche ans était l’invitée de la matinale de France Inter avec Léa Salamé.

Léa Salamé a parlé à l’actrice de son interview avec Libération le 26 avril dernier dans laquelle Juliette Binoche révélait les agressions sexuelles qu’elles avaient subies.

« Vous avez très vite eu le courage de dire non, mais là où d’autres se sont laissées faire, vous, vous avez mis les limites assez vite »

L’actrice avait parlé d’un dîner avec le cinéaste Pascal Kané, qui devait juste lui parler d’un projet.

« Il se jette sur moi pour m’embrasser », a-t-elle livré à Libération.

Léa Salamé revient sur ce malheureux souvenir auprès de l’actrice et lui lance : « Vous avez très vite eu le courage de dire non, mais là où d’autres se sont laissées faire, vous, vous avez mis les limites assez vite », lui a-t-elle lancé

Des propos qui ont choqué les auditeurs. Effectivement, selon ses propos, Léa Salamé insinuerait que les victimes sont responsables de ne pas réussir à mettre des limites avec leurs agresseurs…

Découvrez aussi :  "C'est fini, vous ne baisez plus ?" : Léa Salamé cash avec Gad Elmaleh

Dans les agressions sexuelles et les viols, de nombreuses femmes ont pourtant évoqué, et déjà au micro de nombreux journalistes, des instants de sidération où elles sont tellement choquées qu’elles ne sont alors plus en capacité de réagir.

Les internautes ont été outrés des propos de Léa Salamé

Les internautes ont été outrés et n’ont pas manqué de réagir.

« Le message désastreux de Lea Salamé, approuvé par Juliette Binoche… c’est la faute des victimes encore et toujours », a écrit l’un.

« Léa Salamé devient de plus en plus problématique », a écrit un autre.

Et un autre de défendre les victimes d’agressions sexuelles : « Outre la phrase abjecte « là où d’autres se sont laissées faire », il n’y a aucune preuve scientifique qui démontre qu’un « non » influence la décision de l’auteur d’arrêter ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *