Affaire Gérard Depardieu : une tribune de 50 personnalités défend « le montre sacré du cinéma français » 

Gérard Depardieu

Face aux réactions en trombe déclenchées par la diffusion du Complément d’Enquête sur Gérard Depardieu, le 7 décembre dernier, quelques 50 personnalités signent une tribune pour défendre « le monstre du cinéma français ». Publiée dans les colonnes du Figaro, lundi 25 décembre, elle suscite déjà de vives réactions. 

Des réactions en cascade après la diffusion du reportage « la chute de l’ogre »

À la famille Depardieu, le président Emmanuel Macron ou son ex compagne Carole Bouquet, ce sont désormais une cinquantaine de personnalités qui ont signé un tribune pour dénoncer le « lynchage médiatique » subit par l’acteur Gérard Depardieu depuis le 7 décembre dernier. Les propos obscènes prononcés par l’acteur, notamment envers une fillette de 10 ans, ont fait réagir jusqu’à l’international : il était déchu de la médaille de l’ordre du Québec, son sosie mettait fin à sa carrière et sa poupée de cire a été retirée du musée Grévin.

Découvrez aussi :  Gérard Depardieu caché à Paris dans sa "forteresse entourée de hauts murs"

Emmanuel Macron et Rima Abdul Malak, la ministre de la culture, s’écharpaient au sujet de la légion d’honneur qui lui avait été remise et d’un potentiel retrait… Julie Depardieu, sa fille, intervenait en personne, sur le plateau de Pascal Praud pour dénoncer le lynhage médiatique. 

Après sa fille et sa famille, de nombreuses personnalités signent une tribune pour défendre « le montre sacré du cinéma français » 

Ils sont au total 56 signataires de la tribune parue le 25 décembre dans les colonnes du Figaro. 32 hommes et 24 femmes, précisent nos confrères de France Info. Parmi lesquels : Nathalie Baye, Pierre Richard, Carla Bruni, Carole Bouquet, Benoît Poelvoorde, Nathalie Baye, Pierre Richard, Gérard Darmon, ou encore Jacques Dutronc. 

Mais cette tribune n’est pas du gout de tous et porte de nouveau le débat sur le devant de la scène. L’élue au conseil de Paris Raphaëlle Rémy-Leleu, dénonçait sur France Info une tribune qui défend « la culture du viol » et a décidé de « privilégier son confort, l’artiste, et de mépriser la parole de chaque victime ».

Découvrez aussi :  "J'arrête" : le sosie de Gérard Depardieu décide de mettre fin à sa carrière

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *