Emmanuel Macron tacle Gabriel Attal : “Lui, il est…”

Macron

Le centième jour de Gabriel Attal à la tête du Gouvernement était ce jeudi 18 avril. Le premier ministre va-t-il conserver son poste ? Rien n’est moins sûr quand on voit les réactions d’Emmanuel Macron envers lui.

Ce jeudi 18 avril, Gabriel Attal fêtait son centième jour en tant que Premier ministre.

Il s’est rendu dans l’Essonne, à Viry-Châtillon, où, au début du mois, Shemseddine, un adolescent, est mort suite à un passage à tabac.

Ses interventions ce jour-là ont été scrutées par l’exécutif comme chacune de ses sorties.

 “Moi, je ne suis pas soumis à une motion de censure”

“Lui, il est nommé”, a mentionné Emmanuel Macron en petit comité, a révélé une source au Figaro, précisant : “Moi, je ne suis pas soumis à une motion de censure”. 

Ces propos signifient-ils que Gabriel Attal va bientôt quitter le gouvernement ? Seul Emmanuel Macron le sait.

Découvrez aussi :  Cette drôle d'invitation lancée à Emmanuel Macron par Anne Hidalgo !

Tous les « Premier ministre » d’Emmanuel Macron ont subi cette pression.

Cependant, la motion de censure risque vraiment de mettre à mal les ambitions de Gabriel Attal.

“Les Républicains ont une fenêtre pour censurer après les européennes”, a livré au Figaro un cadre Renaissance.

Et d’ajouter : “Ils ont très peur d’une dissolution, mais il sera matériellement impossible d’organiser des législatives avant les JO. À ce moment-là, ils auront toutes les cartes en main”.

“Cent jours pour rien, plutôt que cent jours ratés”

 En effet, après cent jours à Matignon, Gabriel Attal n’a pas convaincu.

“Cent jours pour rien, plutôt que cent jours ratés”, lâche une autre source proche du pouvoir.

Selon le politiste Benjamin Morel, “Gabriel Attal n’a pas répondu aux espoirs de l’Élysée. Il a été nommé pour ses talents de communicant mais il n’a pas été à la hauteur de l’agenda médiatique”. 

Les élections européennes vont-elles mettre fin à son gouvernement si Jordan Bardella (Rassemblement national) arrive en première place au lieu de la tête de liste du parti Renaissance, Valérie Hayer.

Découvrez aussi :  Débat Emmanuel Macron-Marine Le Pen : la fille de Jean-Marie dit oui à un troisième round !

“Gabriel Attal ne peut pas se retrouver Premier ministre avec douze points de retard derrière Bardella. S’il perd son match, il aura perdu son entrée en fonction”, lancent certains macronistes.

Toutefois, si Gabriel Attal a quelques espoirs, ils sont liés au Parlement : la majorité tient et les députés le préfèreraient amplement à Elisabeth Borne…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *