Qui est vraiment Gabriel Attal ? « Ne vous fiez pas à son joli sourire, c’est un tueur »

Gabriel Attal

À seulement 34 ans, Gabriel Attal a su faire sa place dans le gouvernement. Pourtant, selon Le Parisien, il n’est pas apprécié par tous dans son propre camp…

Gabriel Attal arrive en tête du classement Ipsos – Le Point de décembre. Il a reçu les félicitations d’Emmanuel Macron en personne le 20 décembre dernier dans C à vous sur France 5. 

« Je lui dois absolument tout »

« Je ne vais pas mentir, cela fait évidemment plaisir d’avoir la reconnaissance du président de la République », a-t-il livré ce jeudi 28 décembre au Parisien.

« Certains au gouvernement avaient une vie politique avant son arrivée au pouvoir. Ce n’est pas mon cas, je lui dois absolument tout », explique Gabriel Attal.

« La communication est importante, mais je ne prends la parole que lorsque j’ai des choses à dire », explique-t-il au sujet de son apparition dans la presse, parfois perçue comme trop importante.

Découvrez aussi :  Gabriel Attal atomisé à l'Assemblée nationale : "Le stagiaire de Bruno Le Maire"

« J’ai été exposé parce que j’ai pris des décisions et lancé beaucoup de chantiers. Du coup, ça suscite aussi beaucoup d’articles sur mon action », a-t-il ajouté.

« Ça y est, il se voit déjà à l’Elysée en 2027 ! »

Le 17 décembre dernier, il est apparu à la une de la Tribune Dimanche mimant le portrait officiel du président de la République. Le titre était « Gabriel Attal, les secrets d’une prise de pouvoirs ».

« Ça y est, il se voit déjà à l’Elysée en 2027 ! », a lâché au Parisien un membre du gouvernement. 

« Too much », a lancé un autre.

« Il vaut mieux agacer que de voir des ministres planqués et dont on ne sait rien de ce qu’ils font », avance encore un autre.

« Je ne décide pas des unes de journaux comme j’essaie de ne pas m’arrêter sur les choses qu’on peut dire de moi », répond dans le quotidien le ministre de l’Education.

Découvrez aussi :  Quelle est la fortune de Gabriel Attal ?

« Attal, c’est moi, moi, toujours moi et encore moi. Ne vous fiez pas à son joli sourire, c’est un tueur », lance dans Le Parisien un confident d’Emmanuel Macron.

Avant de conclure : « Il est d’abord là pour faire de la politique et répondre à une ambition manifestement dévorante… Est-ce pour autant un défaut ? S’il veut aller loin, je pense que non… »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *