Brigitte Bardot (1/7) : Que devient Sami Frey, son grand amour ?

Brigitte Bardot et Sami Frey

Dans les années soixante, Brigitte Bardot, qui a fêté ses 88 ans, vivait une folle passion avec Sami Frey, le séduisant David de Romy Schneider dans César et Rosalie

« Je ne peux pas être amie avec les hommes que j’ai énormément aimés. Jean-Louis et Sami ont été, je crois, les plus grands amours de ma vie, les plus importants, les plus profonds, les plus irremplaçables. Conserver de l’amitié après avoir connu la passion, ce serait une aumône qui ne me correspondrait pas. Je suis trop entière. Donc je préfère ne rien avoir du tout », a confié Brigitte Bardot à Gala, qui a fêté ses 88 ans le 28 septembre dernier.

Une voix profonde et chaude, un regard de braise

Tout a débuté entre l’actrice et Sami Frey eux sur le tournage de La vérité de Clouzot, film sorti en 1960. 

Brigitte Bardot est une star aguerrie. Sami est un débutant. Il a pourtant cette voix profonde et chaude, et ce regard de braise.

Sami Frey est fiancé à l’époque à Pascale Audret, la sœur de Hugues Aufray. Et Brigitte Bardot est mariée à Jacques Charrier. Les deux stars ne se résistent pas.

Pendant les trois ans que dure leur amour, ils doivent « se terrer comme des lapins, sortir la nuit l’un après l’autre », harcelés par les paparazzis.

Un choc pour ce jeune homme de 22 ans discret, sans doute aussi timide.

Sami Frey reconnaîtra plus tard avoir vécu avec BB la relation dans un climat qui les dépassait tous les deux, mais en définitive romanesque, et en garder un bon souvenir.

Brigitte Bardot l’a tant aimé…

Depuis 2017 et le film Numéro une de Tonie Marshall, Sami Frey a disparu des écrans de cinéma. 

En revanche, il donne des lectures d’auteurs qui l’accompagnent, notamment Samuel Beckett, ou Claude Lanzmann avec Un vivant qui passe (texte qui aborde la question juive à travers un témoignage), joué en 2021, au théâtre de l’Atelier, à Paris

La silhouette est la même, sculptée par le vélo. La voix aussi. 

Petit garçon juif caché pendant la Seconde Guerre mondiale, Sami s’est construit sans parents, morts en déportation. 

Il a partagé la vie de Delphine Seyrig qu’il a aimée, emportée par un cancer en 1990. Une longue histoire de plus de vingt ans. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *